25 ans après, pour Kassovitz, "on est tous des enfants de +La Haine+"